fbpx

Même si on essaie de se convaincre du contraire, les résolutions ne tiennent jamais bien longtemps, et la motivation rejoint vite le panier de linge sale. On en est déjà (et seulement) au milieu du mois de janvier, et je suis certaine que plusieurs sont déjà  bien enterrées sous une pile de responsabilités dans un horaire surchargé

Les pros de la résolution

On peut pas vraiment s’en vouloir : notre routine est déjà bien remplie, et le quotidien des temps modernes demande une gymnastique quasi impossible entre les responsabilités personnelles et le travail. ​Il existe cependant un petit groupe d’individus, qu’on jalouse secrètement mais sincèrement, qui réussit à atteindre ses buts et objectifs de début d’année. Tsé, le genre de personne trop zen qui nous tombe sur les nerfs tellement elle gère bien sa vie, qui voit toujours le bon côté des choses? Ces irréductibles Gaulois de la résolution accueillent le changement à bras ouverts et forgent de nouvelles habitudes en un rien de temps. Qu’est-ce qu’ils font de si différent de nous? Quelle est leur recette secrète? Ont-ils un pouvoir paranormal?

Soyez curieux et objectifs

L’humain est reconnu comme l’espèce animale avec la plus grande capacité d’adaptation et d’apprentissage : servez-vous-en. Au lieu de culpabiliser à chaque faux pas, arrêtez-vous donc 2 minutes pour réfléchir. C’est pas parce que vous avez acheté un vêtement qui venait pas d’un designer local une fois qu’il faut se tapper sur la tête et penser que la résolution est chose du passé.  La performance, on va laisser ça pour les autres. Pose-toi plutôt la question qui tue : « Pourquoi est-ce que je répète ce comportement même si je sais que c’est une mauvaise habitude? » Oh, là, on fesse dans le mile.

​Comprenez-vous. Apprenez-en plus sur vous. Pis soyez réaliste aussi : Rome s’est pas bâtie en un jour. Ok, pas besoin de prendre des centaines d’années (ça pourrait être difficile pour votre motivation), mais quelques semaines pour adopter une bonne habitude, ça a ben de l’allure. La culpabilité fait juste grossir votre stress. Pis le stress ben, vous savez quoi? Il fait  s’arrêter une partie de votre cerveau complètement. Il la met à off sans avertissement. Ça correspond normalement au moment où on se dit « Ha, pis là j’m’en fous, anyway *insérer raison bidon ici* ».

La science, elle dit quoi?

​Vous l’aurez compris, la partie du cerveau qui gère la logique arrête de fonctionner en moment de stress pour que notre instinct de survie puisse prendre le dessus. L’instinct de survie, lui, il est plus du genre à faire des choix avec des répercussions rapides.

T’es stressé.e?

  • Fume une clope.
  • Mange une bonne poutine (quoi c’est une portion de légumes, non?).
  • Une fois n’est pas coutume.
  • F*** l’épicerie zéro déchet, pas le temps de faire le détour.

Vous voyez le genre, hen?

L’affaire, c’est que ces (mauvais) réflexes de l’instinct de survie sont en fait des habitudes qu’on a appris de la même façon qu’on veut apprendre les bonnes : on a un stimulus, on adopte un comportement, et on a l’effet escompté -> sentiment d’accomplissement. Une fois que l’habitude, bonne ou mauvaise, est approuvée par les neurones, ben elle passe dans les réflexes de l’instinct de survie. Notre bonne habitude deviendra alors un réflexe qui ne nous demandera plus autant d’énergie et d’effort qu’au départ. Awesome, han? Suffit d’être patient et de se donner des beaux becs à chaque fois qu’on réussit à aller courir dehors même s’il fait -20.

via GIPHY

C’est quoi vous répondez à vos questions « Pourquoi est-ce que je répète ce comportement même si je sais que c’est une mauvaise habitude?  Est-ce que c’est vraiment si agréable cette habitude-là?  Est-ce qu’elle est alignée avec mes valeurs? » Soyez curieux. En plus, être curieux est naturellement gratifiant pour le cerveau : vous allez en prime développer le réflexe de vous questionner. Un beau gros hourra pour l’esprit critique!

On s’en reparle en décembre pour un bilan!

Sources et liens pertinents :

Se fixer des objectifs Zéro Déchet en 4 étapes, Blogue Espace Organique
A simple way to break a bad habit, Judson Brewer, psychiatre. Dans le cadre des conférences TED.com
Mes objectifs 2018 minimalisme et zéro déchet Blogue Josée-Anne SC

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?